jeudi 25 novembre 2010

Soin contour de l'oeil "Pleure pas Loli"











... ou le super soin qui fait les yeux jolis





Puisque après m'être fait lâchement lâcher par mon ex... blog, il ne me restait plus que mes yeux pour pleurer

Puisque même mon frigo malle-à-cosméto était vide à en pleurer (heu ... pas tout à fait, car heureusement  que les copinautes me gâtent ^_^)

Puisque ma tête fait peur à pleurer

D'avoir tant pleurer 

Il ne me restait plus qu'à me concocter un soin super ciblé pour rendre à mes yeux une mine moins défraîchie.

Et puis pour inaugurer ce nouveau chez moi, pendre la crémaillère en quelque sorte, j'ai eu envie de renouer avec mon soin fétiche - le contour de l'oeil - que j'avais un peu délaissé ces derniers temps.

Mais un soin contour des yeux n'a de sens, à mon avis, que s'il allie efficacité et volupté.

Bien sûr, comme vous toutes, chères lectrices et amies, je suis jeune et le temps coule lentement sans laisser de trace...
Ouais, il n'empêche que ça ne coûte rien - ou si peu -  de ralentir encore  la marche du temps et de lui offrir de jolis freins tout neufs !

Trève de plaisanterie, en ce qui me concerne, j'ai trois exigences :

- floutter les cernes disgracieux
- lisser et retendre l'épiderme
- hydrater sans graisser ni agresser

J'aurais pu me contenter de faire un copié-collé d'anciennes recettes qui ont largement fait leurs preuves et que vous pouvez retrouver sur le blog numéro 1, ici, ou encore ici

Mais le démon de la création est venu me titiller et mes petites méninges se sont mises à carburer pour élaborer ce nouveau soin spécial yeux.

J'ai cependant longtemps hésité sur la texture à privilégier car j'aime tout autant les gels que les crèmes. Et je me suis souvenue d'un nouvel ingrédient que j'ai eu l'occasion de tester cet été : la gomme de konjac. Je vous renvoie à mon précédent article ou au site de Bilby pour ses propriétés. Ce qui m'intéressait ici, c'est sa capacité à donner, couplé à un émulsifiant, une émulsion qui tient à la fois du gel et de la crème. 

Autre donnée importante lorsque l'on construit une formule de soin destiné à cette zone particulièrement sensible qu'est le contour de l'oeil : le choix de l'émulsifiant. Le résultat devant allier légèreté et hydratation, toucher le moins gras possible et confort maximum, en d'autres termes il fallait pour l'occasion un émulsifiant ayant tout à la fois les propriétés d'une huile dans eau, mais sans les inconvénients habituels, à savoir un toucher relativement gras.

C'est alors que je me suis souvenue d'un émulsifiant ramené du Japon et qui répondait en tous points à ces exigences.

Son INCI est : 


behenyl alcohol/polyglyceryl 10 pentastearate/ sodium stearoyl lactilate

C’est un émulsifiant huile dans eau. 
D'après les renseignements que j'ai pu glâner - avec difficulté - sur le net, il aurait la capacité d’assurer une hydratation longue durée. Ce qui est le moins que l'on puisse demander à un soin contour de l'oeil.

Il permet l’obtention de textures à la consistance dense (comme certaines crèmes très riches) mais sans laisser de film gras sur la peau. 

En fait, on peut obtenir une crème relativement épaisse - de celles qui vous donnent envie d'y tremper les doigts - et en même temps une texture d'une grande légèreté.
Rien d'étonnant à ce que l'on trouve ce type d'émulsifiant au Japon où les femmes traquent sans relâche la moindre trace de gras sur leur visage.

Cet émulsifiant est commercialisé sous le nom de Nikkomulese 41

Je vous livre directement en anglais les propriétés des ingrédients qui le composent :

Behenyl alcohol and sodium stearoyl lactylate 
Behenyl alcohol is 100% derived from rapeseed oil and works as an excellent moisturizer and emollient. It provides also anti-viral actions.
Sodium stearoyl lactylate is also 100% vegetable derived and is recognised as one of the most skin friendly emulsifiers known. The combination of the two ensures rapid absorption without irritation (most emulsifiers disturb the skin’s natural protective function).

Polyglyceryl-10 pentastearate
Derived from stearic acid (a natural fatty acid occurring in butter acids and cascarilla bark) and glycerine. Used as a humectant (to maintain moisture) and as an emulsifier. It is a long last moisturizer,  has SPF boosting effect, with a high degree of water resistance.

Et encore,

Nikkomulese 41 is an O/W emulsifier; it forms a gel network structure in water; it has superior water-proof effects and long- lasting moisturizing effects; it can emulsify various kinds of oils; melting point at 65~75°C; it increases SPF  of sunscreen formulations; in addition, it exhibits anti-microbial properties, allowing to reduce preservative level in the formula.

Bref vous l'aurez compris, ce petit "joujou" nippon m'avait déjà emballé dans une précédente crème ; cette fois-ci il m'a littéralement conquise.


Côté huiles, il fallait également allier légèreté et hydratation tout en permettant une émulsion bien blanche (je sais la couleur n'a rien à voir avec l'efficacité du produit, mais j'ai mes petites manies).
J'ai donc ressorti du placard des classiques qui ont fait leurs preuves : abyssinie, coco (indien et fractionné), figue de barbarie sous toute ses formes (anti-ride et donc anti-âge), son de riz - un incontournable pour les yeux - un peu de nilotica pour le confort et une petite nouvelle chez moi, l'huile de meadowfoam ou d'écume des près (INCI Limnanthes alba) pour ses qualités hydratantes et régénérantes. 


Côté actifs, c'est la mer qui m'a attirée. Il faut dire que je suis très axée algues ces temps-ci, sans doute le Japon qui me fait de l'oeil et qui m'a inspiré en partie la composition de cette nouvelle crème. Je veux dire au plan diététique.








Mais assez théorisé, passons maintenant aux travaux pratiques et laissez-moi vous présenter la formule.  


Phase huile  

-3% émulsifiant (Nikkomulese 41 made in Japan)
-2% HV Abyssinie (The Herbarie)
-2% HV coco odorant (AZ)
-2% macérat de lys dans coco frac (maison à partir d'un bulbe offert par Michèle)
-2% HV meadowfoam (Bilby)
-2% macérat de fleurs de barbarie dans tournesol (maison)
-2% beurre de nilotica (Zinette)
-2% cetyl palmitate (Copaïba)
-1% glyceryl stearate (AZ)
-1% HV son de riz (Zinette)
-1% savon blanc (maison)

Phase eau  

-10% HA rose (Essenciagua)
-10% HA de salicorne (Sel que j'aime)
-3% glycérine végétale (AZ)
-2% allantoïne (Bilby)
-0,2% gomme konjac (Bilby)
-eau pour obtenir 100% 

Phase 3 
  
-5% gel aloe vera (AZ)
-1,5% HV figuier de barbarie (Zinette)
-1% Haloxyl (INCI water and glyceryn and steareth-20 and hydroxysuccinimide and chrysin and palmitoyl oligopeptide and palmitoyl tetrapeptide 7) (The Herbarie)
-1% de Pepha tight ( INCI algae extract and pullulan)(The Herbarie)
-0,5% HE Famonty (Biomada)
-0,5%  neroli (Senteur des fées) 5 gtes, carotte sauvage (Claude Mabille, producteur Hautes Alpes)3 gtes, Ylang des Comores (producteur local)5 gtes
-0,5% conservateur Geogard

Phase 4  

A introduire dans la crème déjà constituée et froide, quasiment goutte à goutte et en mélangeant très lentement
-2% sea kelp bioferment (The Herbarie)


Un pazapa classique avec chauffe à 70° des deux phases séparément, puis mélange à chaud et mixage pendant 5 minutes minimum à 70°, puis 5 autres minutes à température ambiante et on laisse refroidir l'émulsion tranquillement à son rythme. 


Lorsqu'on est certain que l'émulsion est bien stabilisée on peut accélérer le refroidissement au moyen d'un bain marie frais.

On peut introduire alors un à un les ingrédients de la phase 3 en mélangeant bien avec la cuillère magique entre chaque ajout.

Finalement on introduira très lentement et petite quantité par petite quantité le "sea kelp" qui se compose en fait d'un gel translucide. 


Il est important que les deux mixtures (émulsion et gel) soient peu ou prou à même température sous peine de provoquer une réaction qui va figer l'émulsion et lui retirer son aspect lisse et brillant.

Le PH obtenu est de 6.

Le résultat est une crème-gel bien blanche, lisse et brillante ; glissante mais non fluide, ce qui est très important lorsqu'on incorpore comme moi des HE à un soin destiné aux yeux. On évite ainsi les risques que l'émulsion ne coule dans l'oeil à l'application. 

Un petit cliché de cette texture très "yaourt au goût bulgare"





Focus sur quelques ingrédients clés. 

Tout d'abord l'hydrolat de salicorne que j'ai découvert sur le marché bio des Batignolles lors d'une virée cosméto-shopping-papotage avec une Parigotte.

Je connaissais la salicorne en condiment, on en trouve facilement sur nos côtes, que l'on peut préparer soi-même ou bien acheter en bocaux déjà préparée. C'est délicieux et plus fin que les cornichons pour accompagner les viandes froides ou les poissons fumés.

En revanche je ne connaissais pas les vertus cosmétiques de la salicorne.

Il s'agit d'une plante halophyte ayant des effets anti radicaux libres et hydratants mais aussi, et ça devient très intéressant, un pouvoir d'écran solaire et anti tâches brunes.

On extrait de l'huile à partir de ses graines, huile qui a une teneur élevée en acide linoléique (72%), comparable par exemple à l'huile de carthame. C'est donc un important pourvoyeur en oméga 3.

S'agissant de l'hydrolat, utilisé dans cette formule,  il est très "neutre" pour la peau, c'est à dire qu'il n'a ni effet astringeant ni effet tiraillant, malgré un effet tenseur sensible, comme souvent d'ailleurs avec les produits à base d'algues.

J'ai déjà eu l'occasion de parler du bio kelp ferment dans ma crème de la mer dont vous pouvez retrouver la recette sur mon ancien blog. Je reprends malgré tout les explications déjà données.

Les laminaires, qui sont à la base de cet actif,  sont des algues très riches en minéraux, vitamines (quasiment toutes), oligo-éléments, acides aminés, algine, iode (dont elles regorgent littéralement) et sont utilisées dans les soins amincissants (en ampoules buvables ou en bains enveloppants) ou encore dans les soins pour cheveux.
Plus récemment, les recherches dans le domaine des biotechnologies ont eu l’idée d’associer des bioferments, et plus particulièrement le lactobacile - ou ferment lactique - à cette algue pour élaborer un bioferment marin à usage cosmétique.  
Cet actif est reconnu comme extrêmement nourrissant pour la peau en raison de sa richesse en nutriments. Il apporte une hydratation renforcée à la peau et aide à la régénération cellulaire, mais a également des propriétés raffermissantes, équilibrantes et adoucissantes. On peut l’incorporer à un soin (crème, sérum ou masque) ou encore l’utiliser seul, auquel cas il est aussi bien adapté aux peaux grasses, car il n’est même pas besoin d’y adjoindre une huile ou autre gras, qu’aux peaux normales ou sèches qu’il hydratera et nourrira intensément.




Pour l'avoir personnellement testé "nature" en sérum nuit ou sous une crème, je confirme l'effet bluffant sur la peau, alors même que l'effet ultra tenseur ressenti lors de l'application pourrait laisser penser le contraire.

Du coup, j'utilise également mon soin contour de l'oeil en crème de jour tant elle les effets sur le grain de peau et également sur le teint sont impressionnants. Seul "défaut" : il faut commander aux Etats-Unis car on n'en trouve pas encore sur nos sites français.

Enfin, le Pepha Tight, que j'ai également eu l'occasion de présenter dans un précédent soin, le duo de choc pour les yeux.
Ses principales vertus sont un effet tenseur et liftant ainsi que de ses vertus anti-oxydantes. Il a également la capacité de stimuler la production du collagène.

Enfin, un petit mot sur le choix des huiles essentielles. L'élément essentiel de la synergie est l'huile de famonty qui a de véritables propriétés régénérantes et anti-rides ce qui en fait un actif de choix en cosmétique. En revanche son parfum un peu "thérapeutique" peut incommoder, aussi l'ai-je associée à un mélange alliant vertus cosmétiques et olfactives. La présence de ma copine la carotte ne vous aura pas échappé ! Heureusement, le parfum final a très favorablement évolué sur la durée (je n'avais pas préparé mon mélange à l'avance).
Au final, un gel-crème à la texture de yaourt, pénétrant rapidement et réussissant l'exploit d'offrir une hydratation certaine et durable dans un soin non gras.

Allez Loli, pleure pas !


dimanche 7 novembre 2010

Changer de peau, changer de blog

A ceux et celles qui avaient coutume de venir s'asseoir dans mon précédent boudoir,

A ceux et celles qui, en venant ici  découvrent pour la première fois "La cosméto des parisiennes",

Je souhaite la bienvenue chez moi.


rose, rose, lolitarose

Celles qui me connaissent savent que ce n'est pas de gaîté de coeur que j'ai abandonné mon précédent "Home, sweet home",  que j'ai dû m'y résoudre contrainte et forcée en raison des problèmes techniques récurrents qui tantôt empêchaient mes lecteurs d'accéder à tout un article, ou aux commentaires, ou encore aux photos... Tout ça sans que je n'y puisse remédier et sans que la hot line ne me soit d'aucun secours.
Mais je me suis accrochée, car j'avais créé ce blog à mon image et je le vivais comme le prolongement de ma main et de mon esprit.

Malheureusement le coup de grâce m'a été donné lorsque les serveurs assurant la publication du site ont soudainement déclaré forfait lors de la mise en ligne de mon tout dernier article que j'avais dénommé - peut-être était-ce déjà une prémonition de ce qui se profilait ? -  "Changer de peau".

Aujourd'hui, c'est tout un pan de ma "jeune" vie de créatrice de blog qui disparaît avec l'arrêt de celui que j'appellerai désormais le "numéro 1" et qui est voué à mourir définitivement dès que j'aurai sauvegardé l'ensemble de son contenu. Pour l'instant numéro 1 reste accessible à l'ancienne adresse et vous pouvez donc y retourner lire les anciens posts.

A celles et ceux qui ont été là dès l'origine, qui sont venus et revenus malgré les aléas de la technique, qui m'ont témoigné leur engouement, leurs encouragements et surtout leur merveilleuse et indéfectible amitié, je dis MERCI et mille fois merci. Sans vous, je crois bien que j'aurais définitivement jeté l'éponge. Alors, puisque 

 Mon blog est mort, vive mon nouveau blog 


Que mes afficionadas se rassurent tout de même, Lolitarose reste et restera Lolitarose. Et ce nouveau blog reste et restera un temple dédié à la cosmétique et à la savonnerie naturelles. 

Aussi je reprends mot pour mot le message d'introduction du Numéro 1, qui dit tout ou presque de ma vision de la cosmétique maison.


La ville est-elle l'ennemie de la nature

Qui a dit que ceux qui vivent dans les grandes villes surpeuplées et bétonnées méconnaissent les bienfaits de Dame nature ? Au contraire, la frénésie qui habite la Parisienne ou la New Yorkaise la pousse à rechercher le moindre coin de verdure, la plus petite fleur odorante cachée au fond d’un square.
Oui, la working girl parisienne est aussi une grande amoureuse du naturel. J’en veux pour preuve, le nombre croissant de magasins bio qui naissent dans la capitale. Et le succès des salons et foires dédiés à la santé naturelle ou au bio témoignent de l’engouement grandissant des Parisiennes pour une vie plus saine et donc plus tournée vers la nature.
La cosmétique “naturelle” est le domaine qui a connu le développement le plus fulgurant ces dernières années. Et certaines d’entre nous ont opéré un revirement radical dans leurs habitudes de beauté, passant de la cosmétique sophistiquée des grandes parfumeries de luxe au “patouillage” maison à partir de recettes de grand-mère et de plantes traditionnellement reconnues pour leurs bienfaits sur la peau. A l’instar de ses consoeurs d’outre-atlantique, la Parisienne stressée - non, non je vous assure que ça n’est pas un mythe ! - s’est finalement réapproprié sa beauté en réinventant la cosmétique maison.
Ce site est dédié à celles que la créativité anime et qui souhaitent partager mes coups de coeur - et quelques fois aussi mes coups de gueule - sur tout ce que la nature fait pour nous chaque jour. Parce que nous le valons bien.... non ?


Lolitarose